Site principal THOUVEST
 
 
Les défaillances des disques durs

Les disques durs sont des organes essentiels à l'exploitation de nos ordinateurs. Ils contiennent des systèmes d'exploitations, des logiciels, et surtout des données !
Avec les blocs d'alimentation, ce sont probablement les composants informatiques qui subissent le plus de pannes. Tous les composants sont remplaçables, mais les disques durs contiennent vos données et vos paramètres. Lorsqu'une panne de disque dur survient alors que vous n'aviez pas effectué de sauvegarde récente, la panique se fait généralement ressentir.

Attention, les pertes de données peuvent aussi survenir suite à une erreur de manipulation ou un bogue. Dans ce cas vos chances de retrouver vous-même gratuitement vos données sont grandes. Les conséquences peuvent notamment être :
• une suppression de fichiers ou de dossiers,
• un formatage,
• la suppression d'une partition,
• la corruption du système de fichiers,
• la suppression ou la corruption du Master Boot Record ou de la table de partitions.

THOUVEST vous propose de découvrir les symptômes d'une défaillance matérielle d'un disque dur.
Introduction

Si vos données à récupérer ont une valeur non négligeable, vous devriez peut-être contacter une société sérieuse de récupération de données, et éviter de tenter de remettre en marche un disque dur en panne ou qui présente des défauts sévères, afin de ne pas aggraver la situation. Les informaticiens habituels n'ont absolument rien de fiable à proposer pour récupérer des données suite à une défaillance mécanique ou en cas de prolifération importante de secteurs défectueux.

Les exemples sonores proposés sont là pour vous permettre d'identifier approximativement des problèmes, et aussi pour le plaisir de collectionner des extraits sonores. Pour vous faire une bonne idée des défaillances, il ne faut pas écouter exclusivement les extraits sonores des fabricants qui vous intéressent.

Si jamais vous avez un problème, THOUVEST est là pour vous conseiller. Cependant l'avis de THOUVEST est purement consultatif et ne vaut pas celui d'une société sérieuse de récupération de données.

Voici quelques sources de données très instructives :
Disque dur sur Wikipedia
Atterrissage de tête sur Wikipedia
Surveillance S.M.A.R.T. sur Wikipedia
Société DataClinic, spécialisée dans la récupération de données (GB). On y trouve beaucoup d'informations et de conseils
Société Datacent, spécialisée dans la récupération de données (USA). On y trouve des informations et des conseils

Voici quelques sociétés de récupération de données auxquelles vous pouvez faire appel. Certaines sont certifiées ISO 9001, d'autres peuvent conserver la garantie des disques durs à ouvrir.
Seagate Recovery Services, filiale du célèbre fabricant de disques durs spécialisée dans la récupération de données (toutes marques)
Recoveo et InVirtuel, partenaires de LDLCLien vers InVirtuel
Chronodisk, recommandé par 01net et L'ordinateur individuel
Liste des partenaires agréés de Western Digital
Dafotec
Datex
PCM assistance
Kroll Ontrack Data Recovery
Clinique De Données
Databack
Data Recovery by Iomega
DisKcarD, utilisant un concept de fonctionnement particulier mais tout aussi efficace
Vodata, variante pour les professionnels de DisKcarD
SOS Ordi 35, ne disposant pas de salle blanche
CBL
Données Express
Datarecovery


Têtes de lecture/écriture défectueuses

Ce défaut peut affecter une ou plusieurs têtes de lecture/écriture. Le disque dur est dans ce cas incapable de lire quoi que ce soit. Ceci se manifeste parfois sans prévenir.

La cause peut être un défaut mécanique (la tête ne se positionne plus correctement), mais il peut s'agir plus simplement d'une tête encrassée ou d'une poussière ayant traversé le filtre. Ne tentez jamais d'ouvrir le disque dur pour nettoyer les têtes. Cette opération minutieuse nécessite une ouverture du disque dur en salle blanche et ne peut être réalisée que par une personne très expérimentée.

Le symptôme habituel est un disque dur qui produit des « clics » au démarrage, dès qu'il a atteint sa vitesse de rotation. Ceci est dû à l'impossibilité des têtes de se calibrer en lisant les informations de position situées sur les plateaux. Le disque dur est totalement inaccessible.
Disque dur portable Fujitsu 60Go avec têtes défectueuses produisant un bruit cliquant/tapant, de Datacent
Disque dur portable Fujitsu 60Go avec têtes défectueuses produisant un bruit balayant, de Datacent
Disque dur fixe Hitachi/IBM avec têtes défectueuses qui clique une fois au lancement puis bipe, de Datacent
Disque dur portable Hitachi/IBM avec têtes défectueuses produisant un bruit cliquant, de Datacent
Disque dur fixe Hitachi/IBM Deskstar avec têtes défectueuses souffrant du "clic de la mort", de DataClinic
Disque dur fixe Hitachi/IBM 40Go avec têtes/support dégradés qui cliquette et grince au lancement, de Datacent
Disque dur Maxtor 160Go avec têtes défectueuses produisant un bruit cliquant/tapant, de Datacent
Disque dur fixe Maxtor (nom de code Calypso) avec têtes défectueuses produisant un bruit cliquant/tapant/bipant, de Datacent
Disque dur fixe Quantum avec têtes défectueuses produisant un bruit sourd, de Datacent
Disque dur fixe Samsung 40Go avec têtes défectueuses tapant plusieurs fois, de Datacent
Disque dur fixe Samsung avec têtes défectueuses qui clique puis s'arrête, de Datacent
Disque dur fixe Samsung SP8002 (80Go) avec têtes défectueuses produisant un bruit cliquant rapide, de Datacent
Disque dur portable Seagate avec têtes défectueuses produisant un bruit cliquant/tapant, de Datacent
Disque dur portable Seagate Momentus avec têtes défectueuses produisant un désagréable bruit de perçage, de Datacent
Disque dur fixe Seagate avec têtes défectueuses qui clique et bipe lentement au lancement, de Datacent
Disque dur portable Toshiba avec têtes défectueuses produisant un bruit cliquant/balayant au lancement, de Datacent
Disque dur fixe Western Digital Caviar WD2500JB avec toutes les têtes défectueuses, de DataClinic
Disque dur fixe Western Digital WD5000GB (500Go) avec têtes défectueuses qui clique lentement plusieurs fois et s'arrête, de Datacent
Disque dur portable Western Digital avec têtes défectueuses produisant un bruit cliquant, de Datacent
Disque dur fixe Western Digital avec têtes défectueuses produisant un bruit sourd, de Datacent
Disque dur fixe Western Digital Protege WD400EB (40Go) avec sévères problèmes d'initialisation, de DataClinic


Moteur de rotation défaillant ou bloqué

Ce défaut peut être causé par une dégradation des roulements ou à une casse du moteur de rotation, qui peut notamment se désaxer suite à un choc ou à un appui sur le dessus du disque.

On trouve des moteurs complètement bloqués, qui généralement émettent un petit bruit continu ou discontinu mettant en évidence le blocage. Certains disques durs produisent des signaux sonores pour prévenir qu'il s'agit d'un blocage moteur et que l'électronique est probablement parfaitement fonctionnelle. Il existe une variante de ce problème, qui implique des têtes collées sur les plateaux. Si vous n'avez aucune donnée à récupérer, vous pouvez tenter de secouer le disque de manière à faire tourner les plateaux. Ceci peut être efficace si le moteur n'est que légèrement bloqué, car le couple disponible au démarrage d'un moteur est très réduit. En revanche éviter ceci si vous avez des données importantes car dans le cas d'une tête collée vous pourriez casser la tête et laisser un morceau collé sur les plateaux, rendant la récupération très coûteuse et particulièrement délicate...
Disque dur portable Hitachi/IBM 60Go avec rotor bloqué ne pouvant pas se lancer, produisant un bruit vrombissant, de Datacent
Disque dur fixe Maxtor avec rotor bloqué jouant une mélodie de téléphone mobile futuriste, de Datacent
Disque dur Maxtor avec rotor bloqué et sirène musicale, de Datacent
Disque dur fixe Seagate avec rotor bloqué essayant de se lancer, de Datacent
Disque dur portable Toshiba avec rotor bloqué essayant de se lancer (s'entend en plaçant près de l'oreille), de Datacent
Disque dur fixe Western Digital 250Go avec rotor bloqué qui ne peut pas se lancer, en "bavardant", de Datacent
Disque dur portable Western Digital avec rotor bloqué essayant de démarrer avec une sirène, de Datacent

On trouve aussi des moteurs qui n'atteignent pas leur vitesse de rotation maximale.
Disque dur fixe Western Digital 500Go avec roulements défectueux ne pouvant pas atteindre sa pleine vitesse de rotation, de Datacent

Quelquefois, le moteur de rotation peut « patiner » et tourner sans mettre en rotation les plateaux.
Disque dur portable Toshiba 60Go avec roulements défectueux produisant un désagréable bruit hurlant/de perçage, de Datacent
Disque dur portable Toshiba 60Go avec roulements défectueux produisant un fort bruit moulant, de Datacent


Panne électronique

Il s'agit là d'un défaut extrêmement vaste, puisqu'un disque dur est doté de beaucoup d'électronique.

Ne tentez pas d'interchanger des cartes électroniques entre disques durs similaires ! Cela ne fonctionnera jamais et vous risquez d'endommager la carte du donneur ainsi que les données à récupérer. Seul un spécialiste peut reprogrammer la carte du donneur pour lui réaffecter les paramètres spécifiques à chaque disque dur (incluant entre autres la liste des secteurs défectueux).
Les données sont presque toujours récupérables, mais malheureusement très rarement par vous-même.

L'un des problèmes les plus courants est la corruption d'informations spéciales essentielles au fonctionnement du disque dur, incluant le firmware principal, la NV-RAM, le firmware du translateur d'adresse, etc. Certaines parties du firmware se trouvent sur les plateaux (dans la « zone de service ») et non sur la carte électronique ; celles-ci peuvent également se corrompre ou devenir illisible en cas de défaillance ou de bogue. Cela peut se traduire par des clics une fois la vitesse de rotation atteinte, un refus total de démarrer ou une simple non réponse du disque dur aux commandes de l'ordinateur (accompagnée d'une non reconnaissance complète, de l'identification du disque avec une capacité de 0 Mo, ou encore de l'affichage d'un nom inhabituel).
Disque dur fixe Hitachi/IBM Deskstar avec NV-RAM corrompue, de DataClinic

Un autre problème fréquent est une carte grillée. Il peut s'agir d'une surchauffe, d'un problème électrique, d'un défaut de construction, ou encore de l'électricité statique qui a été libérée lors de la manipulation du disque dur.

Parfois il peut arriver que d'autres composants deviennent défaillants. Il peut s'agir par exemple du préamplificateur des têtes de lecture/écriture, qui permet de ramener le signal issu des têtes à un niveau exploitable.
Disque dur fixe Western Digital 200Go avec circuit préamplificateur défectueux (situé sur le montant des têtes) qui clique plusieurs fois puis s'arrête, de Datacent

Il peut aussi arriver que des soudures faiblissent et deviennent mauvaises. Les symptômes sont divers. Cela arrive surtout sur d'anciens disques durs. Refaire les soudures peut suffire dans ce cas.

Il s'est déjà vu qu'un composant grillé/fumant pouvait être juste démonté et que le disque dur fonctionnait à nouveau. Mais cela est exceptionnel et n'affecte bien-sûr que des composants simples tels que diodes, transistors, etc.


Plateaux dégradés : secteurs défectueux

Un secteur est la plus petite division logique d'un disque dur. Sa taille est généralement de 512 octets.

Lors du formatage bas niveau du disque dur (en usine) une P-List (liste permanente) établit la liste des secteurs inaptes à recevoir des données de façon fiable. Ceci est normal car aucun procédé de fabrication n'a la prétention d'atteindre la perfection. Les zones répertoriées dans la P-List sont ignorées par la logique du disque, et ne font pas partie du schéma d'adressage des secteurs (CHS et LBA).

Un secteur est toujours stocké avec sa donnée réelle (les 512 octets précédemment cités) accompagnée d'un code de correction d'erreur (ECC) permettant de contrôler les données et de les recalculer si certains bits sont incorrects. Cette technique est aussi utilisée sur certaines barrettes de RAM, et on retrouve ce principe en transmission numérique (FEC, correction d'erreur directe).

Le mécanisme décrit ci-dessous ne s'applique qu'à des disques durs modernes. Pour se faire une idée, on peut supposer que la plupart des disques durs à partir de 10 Go disposent d'un tel mécanisme. Tous les disques durs actuels disposent de ce mécanisme en raison notamment de la très forte densité de données présente sur les plateaux, et parce que la sécurité des données est importante pour tout le monde. Cependant ce chapitre est bon à lire même pour un disque ne disposant pas de ce mécanisme : il suffit alors de l'assimiler à un disque dur ayant épuisé ses secteurs de réallocation.

Si des secteurs illisibles apparaissent, le disque dur les ajoute à sa G-List (liste « en augmentation ») et fait son possible pour éviter la perte de données. Faites-y attention, car les secteurs défectueux ont 2 types d'apparition : ceux qui apparaissent exceptionnellement par très petit nombre, et ceux qui se répandent en provoquant la création d'autres secteurs défectueux (et peuvent vous faire perdre un maximum de temps et de données).

Si un jour lorsque le disque dur est en marche, il trouve un secteur difficile à lire (phénomène généralement progressif), il va le réallouer dans des zones spécialement réservées à la réallocation des secteurs défectueux. Ceci permet de déplacer les données physiquement avant qu'elles ne soient définitivement illisibles. Le nombre de secteurs réalloués est alors incrémenté et les données sont préservées. La recherche de secteurs difficiles d'accès est effectuée lorsque les données sont réellement demandées par l'ordinateur, mais aussi en tâche de fond automatique lorsque le disque dur est inactif.

Cependant il arrive que tout ne soit pas si beau et que le disque dur ne puisse pas prédire qu'un secteur va devenir illisible. Dans ce cas, lorsque la lecture échoue, il va l'ajouter à la liste des secteurs en attente, qui sont marqués comme illisibles et n'ont pas pu être déplacés automatiquement. Les tentatives de lecture prendront beaucoup de temps à cause des essais répétés qui échoueront, et se solderont par une erreur d'E/S (erreur de communication, c'est-à-dire d'entrée/sortie) accompagnées d'un voyant d'activité du disque dur insistant. Des fichiers, des dossiers, voire des partitions complètes inaccessibles pourront apparaître. Des bruits étranges peuvent se produire lors des tentatives d'accès à ces secteurs, mais pas nécessairement. Pour que le disque dur réalloue un secteur illisible, il faut soit qu'il redevienne lisible, soit effectuer une opération d'écriture dessus, soit exécuter une réparation avec le logiciel SeaTools (pour les disques Seagate et Maxtor uniquement).
Disque dur fixe Hitachi/IBM avec support dégradé produisant un bruit grattant en heurtant une zone avec des secteurs défectueux, de Datacent
Disque dur Hitachi/IBM avec beaucoup de secteurs défectueux qui gratte puis clique, de Datacent
Disque dur fixe Samsung avec support dégradé produisant un bruit grattant en heurtant des secteurs défectueux, de Datacent

Il faut savoir que les disques durs modernes ont une capacité limitée de secteurs de réallocation, qui est généralement de seulement 256 à 2560 secteurs. Si les secteurs défectueux prolifèrent trop, il faut songer à remplacer le disque dur car les données qui auraient pu être réallouées à temps ne pourront plus l'être par manque de secteurs de réallocation disponibles, engageant la destruction de données et multipliant les erreurs.

Si beaucoup de secteurs défectueux apparaissent en peu de temps, un problème mécanique peut être à l'origine de la dégradation du média, et il est important et très urgent de faire le choix entre récupérer un maximum de données (en commençant par les plus importantes), et confier le disque dur à un professionnel qui pourra corriger le problème pour stopper la destruction des données, et pourra même trouver le moyen de récupérer encore plus de données que vous ne l'auriez fait vous-même.

Les secteurs défectueux sont le seul défaut qui ne rend pas la totalité des données inaccessibles. Il n'est par conséquent pas forcément évident à diagnostiquer en l'absence d'un logiciel de surveillance du S.M.A.R.T.

Les secteurs réalloués sont situés à un endroit différent de celui d'origine. Les têtes de lecture/écriture doivent donc se déplacer pour accéder à chaque secteur réalloué, ce qui peut avoir un impact perceptible sur les performances si leur nombre est important.

Évitez impérativement l'utilisation d'utilitaires de réparation de disque tels que ChkDsk, ScanDisk, fsck ou équivalents dans un premier temps ! Ceux-ci sont conçus pour corriger les erreurs d'origine logicielle, et bien qu'ils peuvent réparer les secteurs défectueux, ils préféreront supprimer les fichiers et dossiers illisibles plutôt que remplacer les secteurs illisibles par du vide et conserver en l'état ceux qui ne peuvent être récupérés que par d'autres méthodes... De plus en cas de grave problème (prolifération de secteurs défectueux) ils risquent de rendre d'autres fichiers et dossiers illisibles en analysant et réparant autre chose. Il faut donc les éviter au maximum (y compris en cas de lancement automatique) pour perdre le moins de données possible. Préférez l'utilisation d'utilitaires de récupération de données, et extrayez dans la mesure du possible vos données récupérées sur un autre support (clé USB mémoire, disque dur secondaire, disque dur externe, stockage réseau). Ensuite seulement, s'il n'y a pas prolifération, vous pourrez corriger les erreurs de secteurs avec ScanDisk, ChkDsk ou fsck afin que les secteurs inaccessibles soient ignorés par le système d'exploitation.

Prenez note que les secteurs défectueux marqués par les utilitaires de réparation de disque en analyse minutieuse ne sont pas marqués comme « à ne pas lire » dans le disque dur lui-même. Ajoutons à cela le fait que le disque dur met toujours en mémoire tampon les données qui suivent celles qui sont demandées afin d'accélérer la lecture. On en déduit que les secteurs illisibles seront dans ce cas lus (sans succès) par le disque dur à chaque fois que le système lui demandera des données situées avant, engendrant une sérieuse perte de performances et une possible dégradation accélérée...

Si vous voulez redonner un coup de neuf à votre disque dur, vous pouvez lui faire subir un effacement complet (recommandé), ou un formatage complet : les secteurs illisibles seront une fois pour toutes réalloués grâce aux tentatives d'écriture (dans la limite du stock disponible). Pour effacer un disque complètement, THOUVEST vous recommande l'utilitaire SeaTools. Attention, l'effacement complet concerne toutes les partitions du disque sélectionné. Dans les deux cas, les données contenues seront définitivement perdues.


Plateaux dégradés : atterrissage (de têtes)

Ceci intervient lorsque les têtes touchent les plateaux ailleurs que dans la zone de sécurité (au centre des plateaux ou à l'extérieur des plateaux).
Durant le fonctionnement du disque dur, la rotation des plateaux engendre un flux d'air qui soulève les têtes avec une hauteur précisément constante (coussin d'air de seulement quelques microns).

Si une poussière se glisse entre une tête et sa surface de plateau, ou pire, si le disque dur subit un choc excessif pendant son fonctionnement, les têtes vont entrer en collision avec les plateaux et les « labourer », détruisant absolument toutes les données sur leur passage. Les têtes pourront rester fonctionnelles ou tomber en panne.
Disque dur fixe Western Digital WD2500JS (250Go) avec atterrissage qui clique plusieurs fois puis s'arrête, de Datacent
Disque dur fixe Western Digital avec têtes défectueuses produisant le "clic de la mort", de Zzptichka (Wikipedia)

Pire encore, si l'atterrissage produit des copeaux ou de la poussière, des secteurs défectueux vont apparaître partout sur le disque, pouvant rendre le succès d'une récupération de données peu probable au bout de quelques secondes de fonctionnement seulement.

Dans certains cas, l'atterrissage peut intervenir de façon durable, généralement suite à un choc mécanique important. La mécanique du disque dur est sérieusement endommagée. Les têtes s'écrasent alors sur les plateaux à chaque tentative de redémarrage du disque. C'est l'une des situations les plus risquées pour les données.
Disque dur fixe Seagate avec échec des têtes produisant un bruit "rayant" puis cliquant, de Datacent


Plateaux dégradés : autres raisons

Les plateaux peuvent se trouver dégradés par toute autre raison, allant des intempéries aux chocs, et même potentiellement de têtes de lecture/écriture qui ont un défaut mécanique.

Les causes étant diverses, on ne pourra évoquer que quelques exemples.
Disque dur fixe Fujitsu 40Go avec support abîmé produisant un bruit grattant, de Datacent
Disque dur fixe Hitachi/IBM 40Go avec têtes/support dégradés qui cliquette et grince au lancement, de Datacent


Intempéries

Vous avez placé votre disque dur au congélateur ? Une inondation a atteint votre disque dur ? Le feu est passé par chez vous ?

Votre disque dur est probablement dans un sale état. Les plateaux changent, se dégradent, le lubrifiant qui les recouvre n'est plus en bon état. L'électronique peut s'être oxydée ou avoir brûlé. Les têtes de lecture/écriture se sont peut-être encrassées.

N'oubliez pas que l'eau et le froid peuvent, malgré un séchage terminé, engendrer de la condensation et endommager des composants électroniques, à l'intérieur comme à l'extérieur du disque. Si vous voulez espérer revoir vos données perdues, ne branchez pas le disque dur et contactez d'urgence un vrai professionnel de la récupération de données, qui aura les solutions pour vous permettre de retrouver vos données.


Voici les conseils de THOUVEST pour conserver vos données le plus durablement possible.
La sauvegarde

La sauvegarde est le moyen de loin le plus sûr pour garantir la conservation de données après une défaillance matérielle ou logicielle. Il existe pour cela la méthode manuelle, mais vous trouverez aussi des logiciels spécialement conçus pour vous faciliter la tâche.

La sauvegarde en ligne ou sur le cloud est aussi une excellente idée, car en cas de surtension dévastatrice ou d'intempérie, vos sauvegardes sont stockées dans un lieu différent, d'ailleurs souvent à l'abri de tels ennuis. Cependant ceci est à réserver aux données « légères », car la synchronisation pourrait prendre plusieurs heures voire plusieurs jours si votre débit montant est insuffisant.


La surveillance : regardez ce que le disque veut vous dire

Depuis de nombreuses années les disques durs implémentent une technologie de surveillance appelée S.M.A.R.T. (Technologie d’Auto-surveillance, d’Analyse et de Rapport). C'est l'unique moyen standardisé que le disque dur a pour communiquer sa santé.

Voici quelques logiciels qui permettent de consulter les valeurs du S.M.A.R.T. communiquées par un disque dur :
SpeedFan, un logiciel de surveillance complet. Pour obtenir des informations explicites il faut utiliser l'analyse en ligne. Il est gratuit.
CrystalDiskInfo, un logiciel de surveillance et de gestion des disques. Il est complet et bien traduit. À priori il a une bonne compatibilité. Il est gratuit.
HD Tune, un logiciel ultra simplifié avec un outil d'analyse du disque. Il a malheureusement du mal avec l'obtention des données SMART. Il est gratuit pour utilisation non commerciale.
Hard Disk Sentinel, un logiciel qui vous préviendra raisonnablement de tout problème possible. Il dispose d'une grande compatibilité. La version shareware affiche une bannière au démarrage mais les fonctionnalités de consultation sont complètes jusqu'à une certaine version (à déterminer).


La surveillance : écoutez votre disque

Si votre disque dur produit des bruits inhabituels, il faut s'y intéresser. Ceci peut permettre de trouver un problème annonçant une panne à venir.


La surveillance : analyser le comportement du disque

Votre disque dur traîne, son voyant d'activité s'allume étonnamant longuement, les données sont difficiles d'accès, vous obtenez des erreurs de disque... Ou encore vous recevez des alertes de disque dur défaillant...

Ne tardez pas à entreprendre une sauvegarde si le S.M.A.R.T. confirme vos soupçons.

Les attributs S.M.A.R.T. connus sont listés sur Wikipedia pour vous permettre de les interpréter.


La température

Il est important de garder votre disque dur à une température correcte.

Une étude de Google (voir la figure 4) montrait que les disques durs ayant une température moyenne comprise entre 38 et 46 °C sont ceux tombant le moins souvent en panne. Cependant THOUVEST vous recommande de vous approcher plutôt de 38 °C que de 46 °C car la chaleur, même si elle ne provoque pas nécessairement de panne, peut engendrer la création de secteurs défectueux et des pannes électroniques. De plus, il faut songer aux périodes estivales et envisager les canicules.

La température est essentielle pour conserver les éléments du disque dur en bon état. Notez par exemple que les roulements du moteur de rotation ont besoin de chauffer pour que leur lubrifiant atteigne sa température idéale, et que les métaux ont une légère tendance à se rétracter avec le froid. Les pannes possibles sont donc diverses.

Notez que certains boîtiers de disques durs externes sont très mal conçus et peuvent provoquer des températures avoisinant parfois 60 °C, ce qui est particulièrement propice aux dysfonctionnements. Privilégiez un boîtier avec une large aération et une conception efficace pour dissiper la chaleur.


Le trou de respiration

Le trou de respiration permet de maintenir la pression correcte à l'intérieur du disque dur. Un filtre est monté derrière pour empêcher l'intrusion de la moindre poussière.

Si ce trou se trouve obstrué pour une quelconque raison, la pression peut devenir incorrecte à cause des changements de température, ayant pour conséquence notamment la modification du coussin d'air entre les têtes et les surfaces des plateaux, provoquant un dysfonctionnement puis une panne.


Les chocs mécaniques

Pour éviter les atterrissages, certaines formes de secteurs défectueux et les casses du moteur, il est important de protéger vos disques durs contre les chocs.

Ne faites pas tomber votre ordinateur ou votre disque dur externe. Arrangez-vous également pour minimiser les chocs lorsque vous les déplacez.

Pour protéger un disque dur externe d'une chute, il peut être judicieux de placer par exemple du ruban adhésif robuste pour le maintenir sur votre bureau malgré un mauvais geste.


L'alimentation électrique

Choisissez un bon bloc d'alimentation pour votre ordinateur, de marque et de fiabilité réputées, de même pour vos boîtiers de disque dur externe.

Il arrive qu'une alimentation mal conçue provoque des instabilités ou des surtensions momentanées, pouvant provoquer des défaillances, que ça soit au niveau électronique ou au niveau mécanique. Il est donc important de bien choisir son bloc d'alimentation ou son boîtier de disque dur externe.

Pour les disques durs externes alimentés par la prise USB, vous risquez de rencontrer un dépassement du courant maximal de votre prise USB. Généralement, cela provoque un dysfonctionnement bénin de votre disque dur, qui peut cliquer, ne pas être reconnu, ou parfois même ne pas démarrer du tout.

Bien entendu, la fiabilité d'un bloc d'alimentation ne peut s'exprimer que si vos disques durs sont fermement et durablement branchés, afin qu'aucun mauvais contact ne puisse mettre en danger votre disque dur.

Un parafoudre est essentiel pour protéger vos équipements. Celui-ci doit cependant être de bonne facture et votre installation électrique doit impérativement être correctement reliée à la terre. THOUVEST vous recommande les parafoudres Belkin, qui incluent une assurance pour prouver leur qualité.

Parfois un bon onduleur pourra vous mettre à l'abri des chutes de tension et des surtensions du secteur pouvant survenir, en maintenant une tension secteur propre et constante pour votre ordinateur.


Les arrêts brutaux

Il n'est jamais bon d'arrêter brutalement un disque dur, surtout lorsqu'une opération d'écriture est en cours. Ceci paraît évident concernant la perte de données, mais ça l'est moins concernant une panne qui peut être engendrée.

Lorsque vous redémarrez un ordinateur planté, préférez le bouton Reset à l'arrêt forcé, car lors d'un redémarrage le disque dur restera alimenté et continuera de fonctionner normalement.

Si votre disque dur gère l'APM (gestion de l'alimentation), technologie surtout implémentée dans les disques durs pour ordinateurs portables, il est recommandé d'attendre que le disque dur fasse un petit bruit indiquant que le moteur a réduit sa vitesse de rotation et donc que les têtes ont été parquées en toute sécurité. Ceci ne se produit que si le disque dur est inactif, ce qui n'est pas forcément le cas. Une fois les têtes parquées, la mécanique du disque est prête à l'arrêt complet.


La manipulation

Lorsque votre disque dur est arrêté, il est néanmoins nécessaire de respecter certaines précautions.
Bien entendu, ne faites pas subir de chocs ou de chute à votre disque dur car il risquerait un problème mécanique plus ou moins sévère.

Si vous souhaitez le transporter en sécurité sans boîtier, vous devriez toujours le placer dans un sachet antistatique, ou à défaut dans du papier/carton. Un plastique quelconque ou un sac/vêtement en tissu synthétique sont à éviter absolument car ils se chargent facilement d'électricité statique.

Une erreur dangereuse est de toucher la carte électronique du disque dur. Certes, vous ne risquez que rarement une panne, mais si vous avez une main chargée d'électricité statique (surprise), vous risquez de la décharger dans la carte électronique. Lorsque ceci se produit, vous pourrez parfois entendre un petit « clic ». Vous pouvez dès lors prier pour que votre disque dur soit encore en vie.


Le Lecteur MP3 a été utilisé pour vous fournir les aperçus sonores.
 
     
  Aller à l'accueil Contacter THOUVEST